Lancement du livre Saint-Pierre-des-corps a la librairie After 8 books à Paris le 7 février 2020 à 19h Lancement du livre Pureté et impureté de l'art a la bibliothèque Kandisky à Paris le 13 février à 18h30 et à la librairie Petite Égypte le 20 février à 19h Lancement du livre Saint-Pierre-des-corps a la librairie After 8 books à Paris le 7 février 2020 à 19h Lancement du livre Pureté et impureté de l'art a la bibliothèque Kandisky à Paris le 13 février à 18h30 et à la librairie Petite Égypte le 20 février à 19h Lancement du livre Saint-Pierre-des-corps a la librairie After 8 books à Paris le 7 février 2020 à 19h Lancement du livre Pureté et impureté de l'art a la bibliothèque Kandisky à Paris le 13 février à 18h30 et à la librairie Petite Égypte le 20 février à 19h
Pureté et impureté de l’art. Michel Journiac et le sida
Antoine Idier
Pureté et impureté de l’art. Michel Journiac et le sida porte sur le silence des artistes français et du champ des arts plastiques face à l’épidémie du sida au début des années 1990 en France. Revenant sur la trajectoire de Michel Journiac, sur une constellation d’artistes qui lui furent liés et sur un projet d’exposition qui n’a pas vu le jour, cet essai resitue le travail de l’artiste dans le contexte des années 1980 et 1990, « années d’hiver » y compris pour l’art, et plus généralement dans le mouvement de l’« art corporel » et la recherche de formes d’activisme artistique. Pureté et impureté de l’art propose alors de réfléchir à ce qu’un tel silence face au sida dit de l’art français, et aux conséquences bien plus larges qu’il implique, d’hier à aujourd’hui, sur les rapports entre art et politique, entre la création, les luttes sociales, les mouvements culturels et les soubresauts qui traversent une société.
  • ST006
  • Janvier 2020
  • 68 pages
  • 850 exemplaires
Saint-Pierre-des-corps
Jean-Charles de Quillacq, Elsa Vettier
« C’est à Saint-Pierre-des-corps que notre entretien a eu lieu, en plein mois de juillet. Nous avions décidé qu’il ne porterait pas tant sur le travail de Jean-Charles que sur les relations amoureuses et sexuelles que celui-ci entretient avec sa production plastique, ses sculptures. Nécessairement, nous allions parler de nos désirs et de l’économie de nos fantasmes. Comme Saint-Pierre-des-corps, “Jean-Charles de Quillacq” est un agrégat hétéroclite de noms propres et communs mis bout à bout, qui pourrait contenir plus d’une personne ou connaître des extensions. Elsa Vettier en a élargi les contours. Nous avons retranscrit l’entretien et convenu que nos noms n’apparaîtraient pas au fil du texte car finalement, savoir qui pose les questions, qui joue le jeu, qui se confie, n’a que peu d'importance. »
  • ST005
  • Janvier 2020
  • 68 pages
  • 700 exemplaires
Image Canoë
Jérémie Gindre
Image Canoë réunit trois textes autour des rivières : deux essais – un sur les noms des cours d’eau dans le nord-ouest américain et un autre sur les canoës dans la peinture, la littérature et au cinéma – ainsi qu’une nouvelle mettant en scène une peintre amateur de cascades, son mari dévoué et des retraités en pèlerinage. Revisitant les paysages déjà présents dans son roman Pas d’éclairs sans tonnerre (éditions Zoé, 2017), Image Canoë aborde sur un ton personnel les aléas de l’exploration, les fantasmes du tourisme, l’héritage culturel et certains mythes du plein air au Canada. Ce livre contient également une vingtaine de dessins inédits de l’auteur, parmi lesquels une nouvelle série : Connais ton canot.
  • ST004
  • Septembre 2019
  • 56 pages
  • 800 exemplaires
Simplement nager, simplement filmer
Anthony Divad, Thomas Salvador
Premier ouvrage sur le réalisateur Thomas Salvador, Simplement nager, simplement filmer est une conversation sur le cinéma, sur le plaisir de faire des films et de les regarder, sur ce qui se joue à l’écran. Anthony Divad pointe dans ce long entretien plusieurs éléments essentiels dans la pratique du réalisateur, autant dans son film Vincent n’a pas d’écailles (2015) que dans ses courts métrages antérieurs : le rythme et la narration, la simplicité, l’idée de performance, l’engagement du corps. Comment lier les mouvements du corps et les émotions qui le traversent ? Qu’est-ce qui fait corps ? Comment raconter à l’écran nos corps dans l’espace ? Telles sont les interrogations à l’origine de ce vivifiant échange.
  • ST003
  • Novembre 2018
  • 64 pages
  • 700 exemplaires
Rouge feu, bleu Klein, vert mélèze
Éva Prouteau, Eva Taulois
Dans Rouge feu, bleu Klein, vert mélèze, Éva Prouteau parcourt l’ensemble de la pratique artistique d’Eva Taulois, abordant de concert son rapport à la couleur, à la sculpture et à la circulation des œuvres dans l’espace d’exposition. Elle revient également sur l’emploi de supports habituellement négligés car jugés purement décoratifs, tels que les textiles, les tapis ou des formes de mobilier (étagères, table et assises). Réalisé à partir de plusieurs entretiens menés à l’automne 2017 dans l’atelier d’Eva Taulois, le livre articule les réflexions de l’auteure avec des extraits de ces entretiens retranscrits directement dans le corps du texte, ainsi que de nombreuses reproductions d’œuvres en couleur.
  • ST002
  • Avril 2018
  • 60 pages
  • 700 exemplaires
Peindre des colonnes vertébrales
Fabienne Radi
Que raconte un dos sans vêtement ? Faut-il plaindre les enfants d’artiste ? Les jours du premier degré sont-ils comptés ? Comment vieillissent les femmes-enfants ? Les punaises de lit peuvent-elles influer sur la réception de l’art contemporain ? Pourquoi tant d’écharpes en lin lors des vernissages ? Dans Peindre des colonnes vertébrales, Fabienne Radi réunit Jackie O, Chris Burden, W.C. Fields, Joël Bartolomeo, Valérie Lemercier, Sophie Calle, le Dr Spock, Lady Di, Raël et d’autres, pour l’aider à répondre aux questions qui peuvent surgir devant des peintures de Nina Childress, au milieu d’une performance de Louise Hervé et Chloé Maillet, sous un lustre en néon socialiste, ou encore lors d’une visite guidée en car du Printemps de septembre. Sommaire : ― « Peindre des colonnes vertébrales » ― « De la solubilité de l’enfant dans l’art » ― « La mort annoncée du premier degré » ― « Babyspeck VS œufs brouillés » ― « Chaussons, punaises & foie gras »
  • ST001
  • Avril 2018
  • 68 pages
  • 850 exemplaires